Cuire avec de la bière: 7 choses a faire et ne pas faire

Sur cette page:
Pourquoi cuisine-t-on avec de la bière?
Bière toujours d’une autre façon
A faire et ne pas faire

Pourquoi cuisine-t-on avec de la bière?
De plus en plus de chefs, expérimentent la bière en cuisine et remplacent l’usuel vin par une délicieuse bière spéciale. La raison en est que la bière se compose de plus d’ingrédients qui peuvent ajouter, à un plat, un goût unique et des composants aromatiques distincts. Ainsi, le houblon donne une amertume à la bière et par conséquent, une légère touche d’amertume au met. Ensuite, on y ajoute différentes sortes d’épices et des malts grillés qui apporteront au goût de chaque bière un accent plus complexe. La levure peut également donner un arôme. Enfin, la teneur en sucre de la bière peut donner une touche sucrée au met ou juste salée si le sucre est « brûlé ». La bière est donc l’ingrédient idéal pour rendre le met plus intense et donner juste cette petite touche de sucré ou d’amertume.

Bière toujours d’une autre façon
La préparation classique, que tout le monde connaît, est incontestablement de faire mijoter la bière dans la casserole. En plus de faire mijoter, vous pouvez cuisiner de nombreuses façons différentes avec la bière. Ainsi, vous pouvez utiliser la bière comme marinade, pour les grillades sur le barbecue, pour cuire au four ou à la cuisson du potage... Vous pouvez l’utiliser froide dans une sauce, la mélanger à la préparation de glace ou bien préparer une pâte ou déglacer un plat. En expérimentant différentes préparations, votre bière peut être utilisée non seulement dans les plats principaux mais aussi dans les entrées et les desserts.

A Faire et ne pas faire
Avant de cuisiner avec de la bière, il est important de garder en mémoire différents conseils et règles générales. Vous trouverez, ci-dessous, quelques “faire et ne pas faire » qui peuvent vous aider à maîtriser l’art de la cuisson à la bière.

  1. Utilisez de petites bouteilles de bière comme ingrédient
    S’il vous reste de la bière après la cuisson, il est plus facile de boire cette même bière avec le plat préparé. Cela peut être une bonne idée pour prolonger la saveur du plat mais ce n’est pas une obligation. En combinant avec une autre bière adaptée, les saveurs du met et de la bière que vous buvez seront mises en valeur. Pour cela, utilisez de préférence, pour la cuisson, de petites bouteilles de bière au lieu de grandes bouteilles ainsi il ne vous restera pas ou peu de bière et vous pourrez choisir la bière que vous souhaitez boire avec votre plat.
     
  2. Assurez-vous que le goût de la bière est adapté au plat
    Choisissez autant que faire se peut les mêmes saveurs pour la bière et le plat afin de renforcer l’expérience : sucré avec sucré, amer avec amer, fruité avec les plats d’été, bières épicées avec des plats hivernaux ... ou choisissez des goûts opposés afin de créer une nouvelle expérience : salé avec sucré, épicé avec rafraîchissant... Ce principe est également important lors de l’accord mets/bières (beerpairing). Vous trouverez, ci-inclus, un aperçu avec quelques suggestions.
     
  3. Utilisez des bières au goût prononcé
    Les bières avec des composants de saveurs spéciaux et prononcés peuvent apporter à votre plat une très haute valeur ajoutée. Une bière sans goût n’ajoute pas beaucoup à votre plat. Laissez-la plutôt dans votre armoire.
     
  4. Tenez compte de l’amertume de la bière
    Le temps de cuisson peut influencer l’amertume du met. Plus longtemps la bière cuit, plus le goût sera amer. Pour un plat qui doit mijoter longtemps, choisissez de préférence une bière pas trop amère et ajoutez-la 10 à 15 minutes avant la fin de la cuisson afin qu’elle ne puisse pas réduire.
     
  5. Ajoutez la bière progressivement
    Ajouter trop de bière en une fois peut faire en sorte que le goût amer du houblon domine dans le plat. Pour un dosage équilibré, il est conseillé d’ajouter la bière peu à peu. Le plat est-il tout de même trop amer ? Vous pouvez résoudre le problème, en y ajoutant du sucre (pur, en y ajoutant des fruits sucrés comme le raisin et les prunes ou des légumes sucrés comme les carottes et les poivrons), du jus de citron, de la crème ou du liant culinaire. Ces ingrédients peuvent rééquilibrer le plat.
     
  6. Goûtez régulièrement
    La règle d’or que les chefs préconisent à chaque fois : goûter, goûter, goûter ! Pendant le processus de cuisson, continuez de goûter. Ainsi, vous pourrez intervenir et corriger lorsque un certain goût domine.
     
  7. Osez expérimenter
    Vous ratez un plat ou combinez des goûts qui ne s’adaptent pas les uns aux autres? Apprenez de vos propres erreurs et ne freinez pas votre créativité. Continuez de vous améliorer et expérimentez afin de présenter sur votre assiette des combinaisons innovantes et savoureuses.